Contacter nous

عربية
[an error occurred while processing this directive]

.Le Président du Cercle Politique félicite Erdogan pour la victoire de son parti aux communales M. Abdelwahed El Moutawakkil, docteur en Sciences Politiques Dr. El Asri analyse « Les phases transitoires dans les pays du Printemps Arabe » et occupe la troisième place du Prix Arabe des Sciences Sociales et Humaines M. Abbadi : Nous espérons former un front uni contre le despotisme et la corruption M. Arsalane : Al Adl Wal Ihsane ne peut intégrer aucun des partis existants!

Envoyer à un ami

Biographie de M. Abdessalam YASSINE, fondateur et guide d’Al Adl Wal Ihsane (Justice et Spiritualité)

Naissance et vie professionnelle

Abdessalam Ibn Mohamed Ibn Abdessalam Ibn Abdallah Ibn Ibrahim est né le matin du lundi 4 Rabia II 1347 de l'hégire, correspondant à l'année 1928. Son père, un paysan pauvre, appartenait à l'illustre famille des " Ait-Bihi ", Chérifs Idrissides (descendants du Prophète) originaires de la contrée d'" Oullouz " dans le Souss (sud du Maroc).

Parmi les hommes de cette famille ayant acquis une grande notoriété, le chef Abdallah Ould Bihi dont l'arbre généalogique rencontre celui de M. Abdessalam Yassine au quatrième arrière grand-père ; en effet, Ibrahim cité dans l'arbre généalogique du Morchid, n'est autre que l'oncle paternel d'Abdallah ould Bihi. Ce dernier, illustre chef d'une douzaine de tribus, a été assassiné par le sultan alaouite Mohamed Ibn Abderrahmane.

M. Abdessalam Yassine a effectué ses études primaires dans une école fondée à Marrakech par le grand combattant Mokhtar Soussi(que Dieu l'ait en Sa Sainte Miséricorde). Après quatre années d'études, il obtient le diplôme de l'institut Ibn Youssef (où étudiaient les plus grands savants du Maroc).

Il termine ses études à l'école de formation des instituteurs de Rabat en 1947.

Il exerce dans l'éducation nationale, durant vingt ans, assumant les plus hautes fonctions administratives et pédagogiques qui l'ont amené à représenter le Maroc dans de nombreuses rencontres pédagogiques internationales.

En 1968, il a été démis de ses fonctions sans aucune décision administrative.

En 1987 il a été mis à la retraite.

Son expérience soufie

En 1965 il intègre la Zaouïa Boutchichia où il puise, par les soins de son cheikh Hadj El Abbas, dans les sources d'une foi pure. Là, il goûte aux délices des assises de Rappel (Dhikr), qui ravivent et illuminent les cœurs, avec quelques adeptes aspirant à la paix de l'âme, fuyant les artifices et les clinquants de la vie matérielle. Cependant, après la mort du Cheikh Hadj El Abbas, M. Abdessalam Yassine remarque que des comportements commençaient à se manifester à l'intérieur de la Zaouïa, poussant à des pratiques s'écartant de la sunna (tradition du prophète que la paix et la prière soient sur lui) et gardaient uniquement les apparences du soufisme au détriment de son âme.

Jihad sans organisation

- 1974 : M. Abdessalam Yassine donne un conseil au roi Hassan II sous forme d'une lettre de plus d'une centaine de pages intitulée "L'islam ou le déluge", et pour laquelle il a été emprisonné sans jugement pendant trois ans et six mois.

- 1978 : Il est interdit de prêches dans les mosquées.

- 1978/79 : Il entame une tournée de visites à bon nombre d'Oulémas et de leaders de groupes islamistes, en vue d'unir les efforts de tous dans un même cadre organisationnel, mais sans résultat. Il décide alors de tenter une nouvelle expérience organisationnelle.

- Février 1979 : Il publie le premier numéro de la revue "Al Jamaa" qui exprimait les orientations d'" Ousrat Al Jamaa " (c'est la première appellation du mouvement, ousrat signifie famille). Elle sera très vite l'objet de beaucoup de persécutions dont, notamment, la saisie des numéros cinq, dix, et seize après lequel elle sera interdite.

Le Jjihad organisé

- 1981- 1983 : Il fonde une "Jamaa Islamia " (mouvement islamiste) ; mais malgré la diversification des noms qu'il lui donne, d'"Ousrat Al Jamaa " à l'" Association de la Jamaa " en passant par " Al Jamaa Al khairira " (l'association de bienfaisance), elle ne sera jamais reconnue par les autorités.

- Juillet 1982 : Il publie un article dans la revue " Al Jamaa " intitulé " Paroles et actes " dans lequel il répond à la lettre royale de Hassan II à l'occasion de l'avènement du XVè siècle de l'hégire. L'article fut la raison pour laquelle M Abdessalam Yassine fut arrêté une deuxième fois, le 27 Décembre 1983.

- Novembre 1983 : Il publie le journal " Assobh " (L'Aurore) qui s'arrêtera de paraître après la saisie du deuxième numéro.

- Décembre 1983 : Il est arrêté à cause d'un article paru dans le journal " Assobh " et il est condamné à deux ans de prison ferme, après trois mois de détention provisoire. Cette accusation n'était en fait qu'une couverture, le vrai motif étant sa réponse à la lettre royale.

- Janvier 1984 : Le premier et unique numéro du journal "Al Khitab" (le discours) est publié, apportant son lot d'interdictions et de poursuites judiciaires à l'encontre de ses distributeurs.

- Septembre 1987 : " Al Jamaa Al khairira " prend le nom de "Al Adl Wal Ihsane " (Justice et spiritualité, ou, Justice et bienfaisance), sous la direction de M. Abdessalam Yassine.

Résidence surveillée

- Le 30 Décembre 1989 : M. Abdessalam Yassine est assigné à résidence. A partir de cette date, il est interdit de quitter son domicile et de recevoir des visites, même pas celles de ses proches.

- 03 Août 1990 : Le Guide spirituel assiste à la prière du Vendredi à la mosquée Ibn Saïd. Il prononce un prêche, à l'adresse de l'ensemble des fidèles et des membres de son mouvement, pendant lequel il annonce l'inauguration d'un nouveau front où l'ennemi ne pourra rien: l'adoration et l'invocation, l'arme la plus efficace contre les injustes, et cela pendant tout le mois de Safar 1411 de l'hégire.

- 15 Décembre 1995 : Le Morchid se rend une nouvelle fois à la prière du Vendredi, après six ans environ de résidence surveillée, après que les mass média aient rapporté la nouvelle de la levée du siége autour de son domicile, selon la déclaration d'un haut responsable gouvernemental. Mais il est informé, par un messager officiel et à l'intérieur même de la mosquée, que l'assignation à la résidence surveillée était toujours en vigueur. C'est ce que M. Abdessalam Yassine transmet à tous les fidèles, à ses amis et disciples, dans un discours prononcé à la fin de la prière. Après quoi le siège continue jusqu'en 2000.

- 28 Janvier 2000 : Le Morchid publie " MEMORANDUM A QUI DE DROIT", une lettre ouverte adressée au nouveau roi du Maroc, Mohamed VI, dans laquelle il l'incite à la piété, à la crainte de Dieu dans la gestion des affaires du peuple marocain et de ses intérêts, et à la réparation des injustices commises et des droits bafoués pendant le règne de son père. Il lui réitérait ainsi le conseil qu'il avait déjà présenté à Hassan II, dans la lettre " L'ISLAM OU LE DELUGE ", de suivre le modèle éternel et juste d'Omar Ibn Abdelaziz que Dieu soit satisfait de lui.

- Février 2000 : Cinq personnes de la famille du Morchid sont interdites de se rendre dans les lieux saints pour accomplir le pèlerinage, le cinquième pilier de l'Islam. Ce sont son épouse Madame Khadija, son fils Kamil, son gendre M. Abdellah Chibani ainsi que M. Mounir Regragui et son épouse.

- 19 Mai 2000 : Le Morchid force le siège instauré autour de son domicile et se rend à la mosquée pour la prière du Vendredi, mettant ainsi devant le fait accompli les autorités dont les déclarations aux mass média laissaient entendre, fallacieusement, que M. Abdessalam Yassine n'était pas assigné à la résidence surveillée. L'état n'avait pas d'alternative que de s'accommoder de la nouvelle situation tout en essayant d'exploiter la fin de la résidence surveillée pour soigner son image de marque, tellement altérée, et essayer de se présenter comme un pays respectueux des droits de l'homme.

Cependant, malgré la liberté de déplacement et de visites dont jouit le guide de la Jamaa, les harcèlements policiers n'ont jamais cessé. Les représentants du makhzen sont toujours stationnés devant et autour de sa maison. Ils exercent une très étroite surveillance de ses visiteurs et le talonnent dans ses moindres déplacements.

- 26 Mai 2000 : Le Morchid débute ses visites aux milliers de ses fils spirituels qui désiraient ardemment le voir. Partout où il va, il trouve les foules de ses fidèles et de ses sympathisants qui l'accueillent à bras ouverts, abrégeant les dix années de séparation corporelle forcée, même si les âmes ont toujours été liées. Mais partout il trouve aussi les cortèges d'informateurs et d'agents officiels qui l'assiégent, le poursuivent et gênent ses mouvements.

- 10 Décembre 2000 : Des membres de la famille d'Abdessalam Yassine ont été arrêtés lors de manifestations pacifiques organisées par La Jamaa, dans plusieurs villes du pays, pour protester contre la détérioration alarmante de la situation des droits de l'homme au Maroc, surtout les droits d'Al Adl Wal Ihsane, ceux de ses étudiants et de ses organes d'informations notamment. Parmi les membres arrêtés, figure sa femme, ses enfants et deux membres de sa belle-famille. Ils ont été condamnés, en compagnie de dizaines de membres de la Jamaa, à trois mois de prison ferme dans les tribunaux de première instance, ramenés à trois mois avec sursis en appel.

Publié le: jeudi 26 février 2009